Et les rossignols vous murmurent à l’oreille…


Ils passent, élégants, tout de noir vêtus. Ils ne disent rien. Leurs visages, un masque de mimes. Ils sont trois, ou sept, ou neuf, mais on ne voit qu’eux dans toute l’assemblée. Cosplayers, rôlistes, mises provocantes, tout s’efface et se fausse en leur présence ; eux s’imposent, comme une évidence au milieu de vanités.
Ils interpellent, ils impressionnent : leur lenteur assurée là où le monde se hâte, leurs parapluies toujours ouverts, ces longues cannes noires qu’ils tendent vers leurs élus. Leurs rituels… On frissonne, on songe à ces gentlemen révélés à l’écran, ces créatures capables de couper la voix d’une cité toute entière pour mieux arracher les coeurs. Mais eux ne coupent pas de voix ; ils partagent le souffle, font circuler les murmures qui repliés au coeur de leurs cannes, bruissent des secrets de l’univers. Telle est la mission de ce commando, dans sa “tentative de ralentissement du monde” :

« (Les) Souffleurs
s’inscrivent dans l’évidence du clignotement général du monde,
usent de la nécessité vitale du droit d’irruption poétique,
pratiquent l’art contre le divertissement,
l’essentiel contre le stratégique
(et)
le jubilatoire contre le conventionnel. »


Le tube se tend. Un inconnu et sa canne vous arrêtent en plein espace public, brisent pour vous les conventions sociales, vous figent, vous, en plein coeur d’un univers fluctuant. Déséquilibre, vertige. Un tube se tend, et le monde shifte, le monde a trouvé pour nouvel axe cette canne qu’ils appellent rossignol.
Le tube se tend. Un enfant se blottit sous la cachette du parapluie, incline la tête. Une oreille d’un côté, une bouche de l’autre ; entre les deux, un souffle. Et le visage se fait grave, la posture recueillie, pour recevoir ce secret qu’ils ne seront que deux à connaître. Aucun autre mot ne sera dit. Instant gratuit, intensité, une rencontre comme une élection, et un miracle.
Un instant seulement, voué peut-être à ne plus se reproduire, mais la voix reste là, lovée au creux de l’oreille. Un instant, et l’émerveillement a trouvé sa voix.


 

(Les) Souffleurs – Commando poétique

(Prenez le temps.
Allez faire un tour sur leur site.
Une source d’inspiration, une fontaine aux murmures.)

Et merci à (ces) souffleurs,
pour la précieuse rencontre,
pour le réenchantement du monde. 

 

Publicités

3 réflexions sur “Et les rossignols vous murmurent à l’oreille…

  1. psycheinhell dit :

    Hop, encore un billet rapatrié…

    Parce qu’un an après, le souvenir de cette rencontre-surprise demeure dans ma boîte à trésors,
    parce que je ne désespère de revoir un jour en action l’un de ces beautiful commandos poétiques ;
    Parce que la poésie, l’essentiel et l’évidence,
    parce que l’irruption poétique est un droit de merveille,
    parce que Saint-John Perse again :

    « L’inertie seule est menaçante. Poète est celui-là qui rompt pour nous l’accoutumance. »

  2. psycheinhell dit :

    A noter que je ne suis pas seule à avoir gardé un souvenir marquant de la rencontre faite ce jour-là aux Uchroniales :)

    ==> http://metierediteur.wordpress.com/2010/12/12/les-souffleurs/

    A noter aussi qu’à Aubervilliers, ce jeudi 16, les mêmes Souffleurs lancent une très belle initiative, un geste poétique pour rendre les rues au Silence :

    ==> http://lafolletentative.blogspot.com/
    ==> http://www.aubervilliers.fr/actu5942.html
    (Pas impossible que j’en sois, d’ailleurs, c’est tout près de là où je bosse – si ça peut se goupiller niveau horaires des transports…)

  3. psycheinhell dit :

    (Je continue mon fil rouge, avec ce lien vers un article de Rue89, reçu via une amie, gardé ainsi sous le coude ^^ :

    ==> http://www.rue89.com/balagan/2011/01/29/les-souffleurs-de-magiques-chuchoteurs-de-poesie-187881 )

Talk to the cat

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s