Chênes dans le vent

Élémental Air.

Impression présentement d’être en zone de plein vent, portée par le souffle. En mouvement, guettant de rares moments où se poser en méditation apaisée.

Influence artistique. En pleine marche sur les traces de la Horde du Contrevent, au sein d’une terre tissée de rafales, où la matière dit-on se crée dans et par le mouvement. « Le cosmos est mon campement », dit le trouvère, vif et mouvant. Je vibre.

Impression printanière, impressionnisme empathe. Je me lève, avant l’aube même, pour le chant des oiseaux. Transforme le trajet matinal, nez dressé aux premiers rayons, en chant de grâce – cale l’allure de mes pas sur l’Alive d’Omnia, et la descente en rythme rapide de la colline a comme des résonances d’envol, une exaltation déployée à défaut d’ailes. Free like the wind, just running wild
Et je sens dans cet envol matinal une telle énergie, une puissance créatrice transcrite à même la marche, sur la trame du monde.

Plein vent, plein air – et plus, en continuité. Le rythme qui porte & propulse les élans n’existerait sans le contact du talon frappé en terre. Le regard vers le ciel, les feuilles, les ailes, j’admire la cîme, et caresse les racines ; les yeux suivent le vol, les pieds touchent terre, toujours.
Laissent leur empreinte, l’espèrent légère, comme trop rarement l’est empreinte humaine.

Impact.

ÉlémenTerre.

Tombent les alertes dans les boites aux lettres, dans la messagerie du monde (les gouvernements sont aux abonnés absents).

* Sous terre, les gaz de schiste :
Pas entendu parler du problème ? Normal, ce dernier miracle énergétique fait très tache, malgré les passages à la greenwashing machine. Cette saleté de technique pollue grave, ravage le sol et l’eau, aggrave la crise climatique en encourageant les sociétés à poursuivre leur gaspillage énergétique effréné. Car des gaz de schiste, on en trouve facilement. Aux States, en France aussi. Et les mâchoires dévoreuses des grands groupes industriels de claquer de concert. Nos gouvernants, bien sûr, se gardent bien de les museler.
Fabrice Nicolino sur sa Planète sans Visa, avec cette gniaque aussi hors commun que peu commode que j’aime tant, avait déjà donné de la voix, tonné de la volonté, pour mettre en plein jour tout ce qui est en oeuvre.
Et sur Owni, je viens de tomber sur un article très bien foutu, on ne peut plus clair et documenté, limpide comme on rêverait que le soit la communication officielle. Ca fait froid dans le dos, et c’est pas la faute au vent. Allez voir : Gaz de schiste : révolution énergétique, menace écologique
Voyez comme les multinationales placent leurs pions. Regardez les en concret, ces pions, tous les points blancs qui constellent le désert américain dans Garfield County sur le cliché aérien : un puits d’extraction tous les 200 mètres. Voyez le paysage français autour de Montpellier, d’ores et déjà découpé en territoires à prospecter comme autant de morceaux de barbaque. Rajoutez-y, à ces bouts de terre, l’épidémie de points blancs dont on parlait, juste pour voir. Pour creuser, lancez l’application qui montre ce qui se passe sous terre lors de l’exploitation de ces gaz, ce qu’on ne vous fera pas voir, mais dont vous retrouverez les effets jusque dans l’eau de vos robinets.
Et faites vos jeux, car rien ne va plus.

* En terre, la mort des sols
La vidéo n’est plus toute neuve, je me rappelle l’avoir déjà vue, avoir senti le coeur s’effriter de chagrin, mais le message se réactualise sans cesse, plus brûlant de jour en jour. Alors, comme cela vient de ressurgir sur ma page d’actus fb, le témoignage de Claude Bourguignon, ingénieur agronome qui largua l’INRA pour s’en aller témoigner de la mort des sols – extrait du docu de Jean Druon Alerte à Babylone, explication en 4 minutes, claire et implacable, la mort de la terre, top chrono :

Mort de la terre, empoisonnement des terriens au quotidien. Pour remonter le fil, un docu à guetter sur Arte (mi-mars, même si je me demande s’il n’a pas déjà été diffusé avant une première fois, j’ai un doute) : Notre poison quotidien, ou comment l’industrie chimique empoisonne notre assiette. Et c’est par Marie-Monique Robin, journaliste qui s’était déjà attaquée, entre autres, à Monsanto, aux « pirates du vivant » ou à la « torture made in USA ». Ca doit valoir le coup d’oeil.

* Sur terre, treehuggers, pirates et autres vivants debout dans le vent
Estampillé en terre voisine « antidote au fatalisme »
– et je confirme, j’ai carburé toute la journée à la formidable force énergétique mise en oeuvre par tous ces vivants que les mortelles multinationales qualifient de, et pourchassent comme, ‘éco-terroristes’ –, le docu consacré par Arte aux très beaux Insurgés de la terre. Vraiment à voir (et d’ailleurs, visible pour la semaine en streaming sur le site d’Arte). Plein de pistes à explorer, de courant alternatif à sentir & faire circuler, sur le site de l’émission, « Résistances, mode d’emploi » : vid’ en streaming, donc, entretiens filmés avec divers ecowarriors ou longue interview de Cécile Lecomte – l’ ‘écureuil’ créatif –, article glaçant sur l’art (fort prisé en hauts lieux) d’étouffer le militant
Ca stimule bien l’envie de grimper aux arbres, ça insuffle la conscience de la nécessaire désobéissance civile, et même :
de la désobéissance vitale.

Bref : énergie, le feu.

 

// C’est dans l’air (bande-son) :
NON comme un oui aux arbres chevelus, à tout ce qui nous lie quand la nuit remue, aux astres et aux déesses qui peuplent nos rêves, et quand le peuple rêve il aime… *disposer de lui-même*
(Eiffel, « A tout moment la rue »)
Pure joie aérienne, l’Aerial de Kate Bush :

// Ca sort de terre (lecture nouvelle, et autre portrait en pied de personne debout face à l’ordre industriel) :  La chute du ciel, Davi Kopenawa & Bruce Albert

Publicités

6 réflexions sur “Chênes dans le vent

  1. petitefa dit :

    …Nothing. Juste un total kudo, et un plussoiement sans réserve :)

    Ah si, je me souviens bien de la vidéo sur la mort des sols, j’ai vu Solutions locales pour un désordre global, le film de Coline Serreau, depuis, je crois bien que la vid’ en est extraite. Le couple de pédologues (spécialistes du sol) qu’on y voit viennent de sortir un bouquin il me semble.

    Et très envie, pour la chute du ciel, version real, ainsi que, argh, pour la horde du contrevent, version fiction – so real.

    Et feeling tout partagé pour les petites virées avec un Alive plein les tympans ;)

    • psycheinhell dit :

      C’est possible en effet que la vidéo (que j’avais découverte en son temps via ta page fb, et qui m’avait sacrément marquée !) ait été incluse, en plus d’Alerte à Babylone, dans Solutions locales pour un désordre global, le couple ayant apparemment participé aux deux docus :)
      J’en profite du coup pour caler le lien vers leur Laboratoire d’analyse des sols, où l’on peut consulter en ligne plusieurs interviews et interventions filmées, pour qui veut creuser (et planter :)) ==> http://www.lams-21.com/gestion_page.php?idrubrique=-3&idpage=8

      (Et tu as raison, j’vois ça au passage, ils viennent de ressortir un bouquin sur « Le sol, la terre et les champs », si c’est bien à celui-là que tu pensais ?)

      La chute du ciel, c’est un sacré pavé dans la mare occidentale, je reviendrai très certainement en parler – j’avance tout doucement, le temps d’assimiler toutes les clés culturelles de ce monde des Amérindiens Yanomami que je découvre.
      Et on reste dans une forme d’activisme, encore, toujours, avec l’action de ce gars-là, porte-parole des forêts brésiliennes et des tribus qui les peuplent ;-)
      (cf sur Survival International, en ébauches de pistes :
      ==> http://www.survivalinternational.org/tribes/yanomami
      ==> http://www.survivalinternational.org/news/kits/davi )

      • petitefa dit :

        Ouaip c’est bien ce book-là. Thanx pour les pistes creusées & fils déployés ! :)

        Sur les Yanomami notamment, ça file vraiment envie.
        Me souviens encore du petit séisme interne – aux échos toujours vivaces – qu’a déclenchée en moi la découverte des Kogi via l’asso Tchendukua (tu sais, le rachat des terres en Colombie) et surtout via un ‘bô livre’ sur leur culture, philosophie & modes de vie, tous si élevés par rapport à nos rampantes bagnoles… Livre qui m’a laissée sur ma faim, mais justement, faim insatiable de toucher du doigt cette appréhension de la Vie si différente, riche, globale…

        Activist Kisses ! ;)

        • psycheinhell dit :

          Wai, ça fait comme une impression, toute humblifiante, de puissance centrifuge loin du nombril occidental, une ouverture de l’horizon, d’apprendre à voir le monde par le regard des ‘peuples racines’.
          Et tu vois, au-delà des différences culturelles (et sans tomber dans le cliché paternalisto-propret du ‘bon sauvage’, berk), je retrouve dans les paroles de Davi Kopenawa le même type de message que dans certaines citations que tu avais empruntées au book sur les Kogi (qui me tente bien depuis un moment !) : la pensée occidentale « obstruée et pleine de fumée » à force de n’écouter que le bruit des voitures et télévisions.
          Et aussi, et surtout : ‘écoutez-nous, arrêtez, arrêtez parce que vous nous faites courir droit au désastre, *tous ensemble* !’ Tous concernés.

  2. psycheinhell dit :

    Rapide update : j’avais été effarée de constater, sur la carte des permis de recherche d’hydrocarbures mise en ligne par Owni, que les dits permis n’hésitaient pas à mordre dans le territoire (que je croyais sanctuaire, protégé de la voracité industrielle Oo) des parcs naturels régionaux.
    Eh bien les PNR confirment le danger – et s’insurgent, eux aussi
    ==> http://www.parcs-naturels-regionaux.fr/fr/approfondir/communique-presse.asp?op=_communique_details&id=1562

    • petitefa dit :

      Bastards. (et c’est pas sympa pour les).

      Heureusement, qu’ils s’insurgent, ouf, quand même ; d’autant que les réactions un tant soit peu officielles, si elles sont souvent méprisées, n’en ont pas moins un poids qui peut faire la différence, et faire basculer certaines décisions politiques. Mais alors, ces sales pattes pleines de gaz et de pétrole posées partout, là, cette voracité…

Talk to the cat

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s