Plumes et plastique

Mettons que l’on veuille mettre les voiles loin des méfaits de nos civilisations mangeuses de vie et d’écosystèmes. Mettons que l’on déploie nos ailes, pour rejoindre les frères albatros, en un coin reculé de la planète, les îles de l’atoll Midway.
Mettons que l’on veuille, et tente, cet envol : c’est une expérience de la chute. Chute, en trouvant les beaux albatros à terre. Chute, en s’écrasant sur les montagnes de plastique porté là par les courants. Chute, gravité, en se prenant dans la face, dans le poids des ailes et le contenu plastifié des estomacs, les conséquences de nos modes de consommation (que je peine à appeler modes de vie, tant ils portent la mort).

Les photos de l’artiste/activiste Chris Jordan ont déjà fait, je pense, plusieurs fois le tour du monde. Ont fait, j’espère, autant et plus de chemin en nos coeurs et nos consciences que les bouts de plastique passant de nos rives au septième continent. Sans doute les avez-vous déjà croisées, ces images d’oiseaux de mer, de carcasses disposées de manière à dévoiler (sans tricher) tout le plastique qu’elles contiennent. Quand la réalité dépasse en horreur le surréalisme, ça ressemble à ça (cliquer sur la photo pour un slideshow présentant plus en détail l’oeuvre de ce photographe) :

Pour info, ou pour rappel, la réalité dont il témoigne est celle-là :

The world’s oceans are plasticized

C’est un article parmi tant d’autres, dont tant de gens se tapent. Ou qu’ils lisent, commentent sous le coup du choc… avant de retourner à leur plastique, parce que l’oubli est plus simple que la remise en cause radicale.
Alors… quand l’information ne suffit pas, il y a l’art.
Chris Jordan ne s’en est pas tenu à ces photos. Il est, en ce moment, avec toute une équipe de tournage, sur un projet de film, Midway Journey.
Voyez par vous-même :

Je le dis tout net, rarement trailer m’avait autant touchée. Un bouleversement à lui tout seul, alors qu’est-ce que ce sera une fois le film bouclé… Et ça ne s’arrête pas là, de nombreux extraits et updates vidéos sont disponibles sur le blog et la page facebook du projet, allez donc voir.

Moi, j’y crois.

Je crois en ce film.
Je crois en ce film parce qu’il va là où il faut aller, montre ce qu’il faut montrer.
Je crois en ce film parce qu’il a la puissance, et le talent, pour porter loin et profond le message à partager.
Je crois en ce film pour la voix complice, et si attentive aux oiseaux, de Terry Tempest Williams.
Je crois en ce film parce que je crois au pouvoir de l’art, à sa force de témoignage, à sa puissance de transformation.
Je crois en ce film parce qu’au témoignage de ce qui meurt, il allie la merveille de ce qui vit.
Je crois en ce film pour la tendresse dans le regard de Chris Jordan, pour les nids d’albatros et l’héroïsme des parents mis dans la balance en contrepoids des carcasses d’oisillons bourrés de plastique.
Je crois en ce film pour les pleurs versés sur le rêve d’un albatros mourant, pour les sourires devant la bouille ébouriffée de Miguel.
Je crois en ce film parce que chaque bout de plastique ramassé sur les quais de Seine me semble désormais un salut au vol de l’albatros, par-delà les rivières et les océans.
Je crois en ce film parce qu’il arpente la voie de la beauté, et nous invite à pareil voyage en nos vies.

Je crois en ce film, et le moment est venu d’agir pour lui, l’occasion est donnée de peser dans la grande balance cosmique pour contribuer à faire exister cette oeuvre de coeur, de conscience, d’action.
Après des années passées sur l’atoll Midway à observer, s’horrifier, s’émerveiller, à photographier et à filmer, l’équipe s’achemine petit à petit vers le terme de son projet. Deux séjours sont encore prévus sur place, puis viendra toute la phase d’édition, de production, et de préparation à une diffusion aussi vaste, internationale, universelle que possible. Tout cela a son coût. L’équipe fait le choix et le pari de l’indépendance – et a donc lancé une campagne kickstarter pour obtenir son financement directement du public, des coeurs qui se sentent concernés. Toute contribution, aussi modeste soit-elle, peut aider, faire une différence, si l’on est assez nombreux à s’y mettre.

Alors voilà, ceci est une invitation à marcher dans la beauté, marcher pour la beauté.
A vous tous, recycleurs infatigables, batailleurs du jetable, ramasseurs de déchets, guérisseurs d’environnement, alchimistes de l’air et de l’eau, poètes du ciel et de l’océan, humains, earthlings, esprits concernés et coeurs ailés, vous qui vous sentez assez vastes pour vous savoir reliés à une île paumée à des milliers de kilomètres, vous dont le coeur se serre et le monde se resserre à chaque mort injuste et stupide :

Come fly


*

Je m’excuse pour celles et ceux qui connaissent déjà bien ce sujet, cette action, et ont partagé pleurs, battements de coeurs, et bonnes résolutions d’earthlings. J’intègre, difficilement, la leçon qu’il est en cette ère de rapidité extrême, de surf et de buzz, nécessaire de répéter, marteler. Un cri du coeur ne suffit pas, mais deux, mais dix, mais autant de fois qu’il le faudra. « Does anybody really listen when I speak… or will I have to say it all again next week? », demande la chanson. Leçon de persévérance et de constance, et renoncement, un peu, à regret, à la subtilité qui va si bien au félin en moi, pour sortir le porte-voix en mode play/repeat/ad lib. Puisqu’il faut, saisissons-nous des règles de ce monde, dans l’espoir qu’elles en sortiront changées, et le monde aussi – dans l’espoir que, si l’on sauve le monde des animaux, les animaux nous apprendront à prêter attention au monde.

Publicités

3 réflexions sur “Plumes et plastique

  1. charlotte dit :

    Merci pour ce très bel article. Oui, l’art permet de dire, lutter, entr’ouvrir des portes vers l’autre – quel qu’il soit et d’ouvrir les yeux sur le monde.

  2. psycheinhell dit :

    « 3) What do you hope to achieve with Midway film project?

    It started as only a still photographic project. At the time I had never made a film and it never occurred to me that I would make a film. The first time I went out there I came back with still photographs and they had a kind of devastating effect on people that I did not intend and it broke my heart. People told me they felt panicked and overwhelmed when viewing my photographs. There’s a fine line when we witness the horrors of our world and my hope is that witnessing the horrors of the world is step one in the process of solving them. We have to admit we have a problem and face it head on.

    Facing the enormity and the complexity of the problems of the world can be overwhelming. By connecting with what we feel personally, our pain for the world, it can be a powerful experience that gives people courage and passion. What’s happening to our world is so devastating on some many levels that fully facing it thorough a metaphor like the dead birds on Midway can be overwhelming and can lead to despair. That’s happened with a lot of people that viewed the images.

    There was this other aspect of Midway that I realized could only be told through the language of film. When the wind blows across the island there are hundreds of thousands albatross that take to the air and zoom in this incredible and joyful way. The metaphor of Midway is amazing. It’s like being exactly half way between paradise and hell. My still photos only showed the hell part. There’s something really powerful on that island, the juxtaposition of the beauty and horror. That’s what led to the film project, my desire to witness both of those together so you can’t tell which one is which anymore. »

    (oh que ça résonne)
    (il *faut* que ce film se fasse)

    Fly or Die – une itw de Chris Jordan par la Surfrider Foundation, en écho à sa campagne Rise above Plastic
    http://www.surfrider.org/coastal-blog/entry/chris-jordan-interview

  3. psycheinhell dit :

    Ce dimanche 15/07 à 12h : Le film a atteint (et dépassé) son objectif financier sur kickstarter ! \o/
    Merci à ceux (celles, plus nombreuses au rdv) qui ont relayé les appels pour les albatros :))

Talk to the cat

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s