Esprits de jardin

Le jardin où j’ai grandi vibre du bruissement de petites vies. Certaines connues depuis l’enfance, d’autres ont planté pattes ou racines dans ce terreau en mon absence.

Il y a ici des escargots en quête du ciel, et d’ailes de libellule…


On dirait que c’est son conte de fées… On dirait qu’il était une fois, il y avait un escargot, et des ailes de lumière, et un château vers où voler, et une fée pour veiller sur l’aventure…
Et un carillon pour recueillir comme gouttes de pluie les pleurs de l’escargot en sa métamorphose.

Dans le jardin de mes rêveries, il y a des dragons timides endormis sous la hardie lavande…


… et un chat noir qui savait donner aux bonnes gens la direction des vents, avant que les séductions lentes de la sève ne le fassent bel au bois dormant…


(et quelles séductions ! on comprend que le noir félin se soit laissé prendre à ces nuances délicates…)

Dans le jardin où le temps coule sans tic-tac, les arbres abritent d’étranges fruits…


… et les fleurs à ras de terre, là où rodent des tortues à l’appétit féroce, se mettent sous la protection tapie de verts gardiens…

… un little one contemple le monde du plus haut point d’une étreinte torsadée entre sève et fer…

… avant de céder courtoisement la place à une étoile veinée de bleu…

*

… Et puis, bien sûr, il y a les félins, ondulant et batifolant entre nos jambes d’humains à chaque pas en cet enclos de nature, puis se posant pour mieux stopper le temps. Ce sont eux, les gardiens du lieu…

Il y a la petite Falline à la grâce ondoyante, harmonisant ses yeux aux feuilles de mister érable du Japon, puisque ce dernier lui a fait la courtoisie de s’accorder à sa taille…

Il y a le grand Cooper au regard de Tirésias,

suivant avec sagesse les tortues Quetzal & Coatl histoire de dénicher les meilleures planques ensoleillées.

Et il y a la vieille dame distinguée, ma belle rouquine, la présence de tous instants, réchauffant patiemment ses vieux os, conjuguant sous l’illumination solaire de très irlandaises couleurs…

*** ** ***

C’est un lieu que l’on ne quitte pas sans nostalgie, ce jardin. Même pour retrouver d’autres kamis en une autre place, la clochette amie du vent et accordée à mes sentiments, le talisman frère du corbeau (belle oeuvre d’Amandine Labarre, qui sait les voies de telles fraternités entre espèces, entre règnes mêmes, en ce monde), la guitare sur le mur et les livres sur le bois d’étagères…

C’est un espace d’autant plus précieux qu’en tant d’autres lieux, les hommes oublient le lien – avec la forêt, notamment.

Deforestation in a civilized world
(interview avec Robert P. Harrison)

Our cultural memory is embodied in things, in buildings, in landscapes, in statutes and cemeteries and all sorts of places, and the forest is a place that holds very deep memories for the human psyche. If we lose those forests, we’re going to lose access to that memory.

Publicités

5 réflexions sur “Esprits de jardin

  1. shambalah dit :

    Merci pour ce voyage poétique dans l’intime de ton enfance, qui incite à faire en sorte que la relève puisse se construire d’aussi beaux souvenirs !

    • psycheinhell dit :

      Merci à toi d’avoir suivi les guides à fourrure et feuillage !
      Et pensée pour certaines représentantes de la nouvelle génération, découvrant la beauté pour mieux ensuite apprendre à marcher en son sein…

  2. Lullaby dit :

    Merci pour ce bel article, cette visite guidée en un très beau jardin peuplé de plein de petites (et belles) vies.
    Bises feuillues
    Lulla

  3. Gniiiii le joli érable (les 2 !), les beaux chats (Rha envie de câliner tout ça), le beau jardin tout plein de Petit Peuple en chitine ou en ferraille… :)))

    Y a pas photo (enfin si ^_^), genius loci définitivement capté ! Bon retour, donc, et un souffle de bises de clochettes à grelots, et l’inverse aussi :)

    (Ah, oui, ce que ces lieux jardiniers fourmillent de promesses de petits petons enthousiastes, à hauteur de lutins !)

    • psycheinhell dit :

      @Mag’ et Fa : ah, c’est chouette d’avoir des kindred spirits avec qui célébrer les esprits des lieux :))
      Et tiens, oui, j’avais oublié qu’on entr’apercevait le second érable à la rougissante parure !
      (bon moi j’avoue, niveau câlins j’en ai profité sans modération pendant ces quinze jours, chat m’a fait un bien fou ! ^_^ *gaston lagaffe powa*)

Talk to the cat

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s